Citrons confits : salés & sucrés

Hello ! J’ai acheté récemment de gros (voire énormes) citrons mais malheureusement avec relativement peu de jus. Plutôt que de gâcher, j’ai donc choisi d’en faire des citrons confits. Au début je ne comptais en faire qu’en salé, mais il y avait vraiment beaucoup de tranches, je me suis donc dit, pourquoi ne pas tester la version sucrée également.

IMG_1508

Aussitôt dit, aussitôt fait !

Version salée :

  • 1 kg de citrons bio
  • 3 cuillers à soupe de sel
  • Huile d’olive

Laver les citrons. S’ils sont petits les couper en 4 quartiers, s’ils sont gros, en tranches. Mettre dans un saladier avec le sel, laisser dégorger au frais toute la nuit. Le lendemain retirer les tranches, les mettre dans un bocal puis couvrir d’huile d’olive. Laisser confire un mois, à l’abri de la lumière.

Version sucrée :

  • 2 citrons de menton (ou citrons le plus doux possible)
  • Sucre
  • Eau

1re étape : Laver et couper les citrons en tranches. Les blanchir 3 à 5 fois, pour quelques secondes. Cela permettra d’ôter le plus d’amertume possible. Égoutter et peser les citrons. Mettre dans une casserole avec le même poids de sucre et d’eau. Faire confire à feu doux pendant 20 mns. Ôter du feu, laisser refroidir, puis remettre de nouveau à confire pendant 20 mns. Sortir les citrons et les couper en tranches et conserver au frais. On peut également les congeler.

Verdict : Mes citrons confits sucrés sont bien réussis, tendres, translucides. Le goût du zeste est bien présent. Point négatif : je les trouve quand même très amers, il est vrai que j’ai utilisé des citrons classiques et non des citrons doux. Un peu déçue donc à ce niveau, car je déteste tout ce qui est amer, même légèrement. Mais bon je trouverai un moyen de les utiliser. Le sirop restant a un goût de marmelade, très parfumé, mais amer également. Je l’ajouterai donc dans mes soins capillaires, pour ne pas le jeter. J’ai lu que le sirop de sucre avait des vertus hydratantes pour les cheveux, donc tout n’est pas perdu.

En salé j’en fais régulièrement et jamais déçue, toute l’amertume de l’écorce passe dans la pulpe donc cela donne quelque chose de très doux.